Baptême

Baptême

Le simple fait d’exister est déjà ‘vocation’, c’est-à-dire ‘appel’. Appel à vivre et à transmettre la vie, appel à consentir à l’amour et à aimer. Par le baptême, je reconnais Dieu à la source de cet appel et choisis d’y répondre.

Je suis alors engagé dans une histoire d’amour, d’Alliance, avec Dieu. Cette Alliance avec Dieu m’invite à marcher à la suite du Christ Jésus, en qui Dieu se fait connaître.

Fêtons notre baptême

«Connaître la date de notre baptême, c’est connaître une date heureuse. Si on ne le sait pas, on risque de perdre la conscience de ce que le Seigneur a fait en nous, du don que nous avons reçu. Nous finissons alors par le considérer seulement comme un événement du passé – et même pas par notre volonté mais par celle de nos parents – et qui n’a donc plus aucune incidence sur le présent. Nous devons réveiller la mémoire de notre baptême. Nous sommes appelés à vivre notre baptême tous les jours, comme une réalité actuelle de notre existence. Si nous réussissons à suivre Jésus et à rester dans l’Église, malgré nos limites et nos fragilités, et nos péchés, c’est précisément grâce au sacrement dans lequel nous sommes devenus de nouvelles créatures et avons été revêtus du Christ.» (Pape François)

Un chemin à vivre

Il y a bien des manières de vivre cette marche à la suite du Christ : le mariage chrétien, les ministères ordonnés (prêtres et diacres), la vie consacrée (dans une communauté religieuse, comme vierge consacrée ou au sein d’un institut séculier)… Au sein de ces différents chemins, la vocation de chacun(e) est unique. Elle n’est pas tracée à l’avance. Il y a bien un appel et un désir de Dieu sur chacune de nos vies, mais ‘la réponse que nous lui donnons n’est inscrite nulle part, ni dans le Livre de vie, ni même dans le cœur de Dieu, sinon comme une attente et une espérance’ (Michel Rondet).