Le rosaire… démodé!

Le rosaire… démodé!

Le rosaire est une prière de vieux. Voire plutôt une prière de vieilles… Le rosaire en effet, c’est bon pour les quelques « bigotes » âgées qui nous restent et qui hantent les bancs encore plus âgés de nos églises. C’est démodé! Pas si sûr…

En effet, les papes, leurs encycliques et leurs tweets, ne cessent de nous rappeler l’importance de la prière du rosaire. Parce qu’en récitant le chapelet, « on revit les moments importants et significatifs de l’histoire du salut ; on parcourt de nouveau les différentes étapes de la mission du Christ. Avec Marie, on tourne son cœur vers le mystère de Jésus. On place Jésus au cœur de notre vie, de notre temps, de nos villes, à travers la contemplation et la méditation de ses saints mystères de joie, de lumière, de douleur et de gloire… » (Benoît XVI)

Alors oui, la prière du rosaire est « dé-modée ». Elle résiste encore et toujours aux asseaux de la modernité, parce qu’elle est « hors mode », indépendante des fluctuations du temps et de l’histoire. Comme la Vérité. Comme le Christ. Comme l’Église. Comme Marie.

Mais non, la prière du rosaire n’est pas la dévotion de quelques « bigotes » âgées. Elle touche le cœur de nombreux jeunes et de nombreuses familles qui n’hésitent pas à consacrer du temps à Dieu, avec Marie. Et Dieu sait si notre monde en a besoin, parce que « le rosaire, quand il est prié de manière authentique, non d’une manière mécanique et superficielle, mais profonde, apporte la paix et la réconciliation ». (Benoît XVI)

Que le rosaire soit « la prière qui accompagne tout le temps ma vie. C’est aussi la prière des simples et des saints…C’est la prière de mon cœur ». (Pape François)

Nathalie & Yves Thétaz